Skip to main content

L’ergonomie joue un rôle particulièrement important dans la pratique dentaire quotidienne. Votre propre posture, l’équipement du lieu de travail et la sélection d’équipements et d’instruments sont des éléments clés pour créer un environnement de travail ergonomique et ainsi prévenir les problèmes de santé.

L’activité d’un cabinet dentaire peut mettre le corps à rude épreuve. Lorsqu’il travaille sur le patient, le praticien reste souvent dans une position rigide pendant une longue période de temps. Le haut du corps est généralement plié et tourné, les bras sont écartés du corps. Des plaintes telles que des problèmes de colonne vertébrale, des douleurs aux épaules et au cou sont des conséquences fréquentes de mauvaises postures de ce type. De plus, les problèmes de santé ont un effet négatif sur le bien-être, la qualité de vie et le plaisir de l’activité dentaire.

Les conséquences d’une posture incorrecte et d’autres contraintes physiques au travail ne deviennent souvent perceptibles qu’à long terme. C’est pourquoi, il est d’autant plus important de développer très tôt une conscience de son propre environnement de travail et d’induire un changement de comportement préventif par un autocontrôle occasionnel et de petites mesures.

Posture

Afin d’éviter les problèmes de santé, vous devriez respecter les règles suivantes :

La forme naturelle en S de la colonne vertébrale est soutenue par la position assise droite et est ainsi soumise à une charge uniforme. Les muscles ne sont pas à négliger. Les muscles dorsaux et abdominaux constituent un soutien important. Prenez 10 à 15 minutes par jour pour les entraîner.

  • Épaules droites – ne pas soulever
  • Les pieds sont à plat sur le sol
  • Angle entre le haut et le bas de la jambe environ 110° à 130°
  • Les avant-bras sont parallèles au sol
  • Les poignets sont maintenus droits
  • La position des bras doit être détendue et près du corps
  • Les fesses couvrent les 2/3 du fauteuil de soins
  • La distance œil-objet est d’environ 35 cm

De plus, il est conseillé de changer régulièrement de position assise, dans la mesure du possible. L’alternance de mouvements et de positions permet d’activer ou de détendre différents groupes musculaires. Le mouvement et le changement de posture ont également un effet bénéfique sur la concentration.

Essayez de faire certaines activités debout. Par exemple, passer des appels téléphoniques. Cependant, il est également possible de travailler debout ou assis pendant le traitement lui-même. Le positionnement du patient et la hauteur de son fauteuil patient sont des facteurs qui déterminent si le praticien peut travailler assis ou debout.

La différence de taille entre le praticien et l’assistant joue également un rôle. L’équipement du lieu de travail ainsi que le choix des appareils et des instruments doivent être adaptés au praticien. Le fait d’avoir le matériel nécessaire à portée de main pendant un traitement permet d’éviter les étirements et les torsions inutiles du corps.

Profitez de petites pauses pour intégrer dans votre travail quotidien des exercices de relaxation courts et rapides comme « cueillir une pomme » ou relever les épaules en inspirant et les relâcher en expirant. De courtes promenades à l’air libre ont également un effet positif sur le corps ainsi que sur la concentration.

Unité de traitement

La qualité et le choix de l’unité de traitement contribuent à une position correcte sur le lieu de travail. Le confort d’assise et de couchage du patient ne doit pas être la seule priorité, l’ergonomie pour le praticien doit également être prise en compte.

Pour de nombreux postes de travail dans les cabinets dentaires, il n’est par exemple pas possible de changer de position assise, car l’unité ne permet qu’une position à 9 heures. Le manque d’espace pour les jambes peut conduire le praticien et l’assistant à se gêner et à adopter des positions assises peu naturelles.

Un label de qualité indépendant peut aider à faire le bon choix en matière d’unité de traitement. Le label TÜV pour la sécurité technique, les tests de la fondation Warentest ainsi que le label de l’Aktion Gesunder Rücken e.V. (AGR) sont bien connus dans ce domaine.

Instruments manuels / Instruments dentaires

Les praticiens obtiennent des résultats parfaits avec des instruments manuels. Surtout grâce à la bonne sensibilité tactile et à l’extrémité de travail fine à utiliser ponctuellement. C’est précisément lors du travail avec des instruments manuels qu’il est important de veiller à une utilisation ergonomique ainsi qu’au bon choix des instruments. La pression exercée doit être maintenue aussi faible que possible afin de travailler d’une manière qui ménage les muscles.

Les points suivants doivent être respectés lors de l’utilisation :

  • Manche à ressort modifié
  • Adaptation
  • Appui
  • Angle de travail
  • Technique de travail
  • Systématique de travail

Les instruments avec des manches plus épais préservent particulièrement les muscles.

Un bon processus de travail, qui se répète sans cesse, et le détartrage sans pression qui en résulte permettent de travailler de manière détendue et en ménageant les muscles.

L’instrument manuel est guidé par le manche à ressort modifié. Le pouce, l’index et le majeur forment une unité. Le pouce repose entre l’index et le majeur du côté opposé de l’instrument. L’index sert d’appui. Il sert également de point d’appui pour le levier. Si possible, toujours prendre un appui intra-oral. En cas d’appui extra-oral, il y a un risque de glissement. Le mouvement ne vient pas des doigts, mais de tout le bras. C’est ainsi que vous prévenez des lésions articulaires et ligamentaires.

En abaissant l’avant-bras et en effectuant un mouvement inverse par le biais de l’appui de l’annulaire, l’instrument est tiré en coronal. Le tiers avant de l’extrémité de travail doit alors être adapté. L’angle de travail diffère selon le type d’instrument. Pour les détartreurs ou les curettes universelles, la tige 1 doit être inclinée d’environ 20° par rapport à l’axe de la dent. Les curettes Gracey ou Double Gracey ont déjà cet angle en raison de leurs surfaces faciales inclinées, de sorte que la tige 1 doit être placée parallèlement à la surface à traiter.

Le développement et la fabrication des instruments d’American Eagle ont principalement été guidés par des aspects ergonomiques. L’utilisation de manches plus épais favorise un travail qui préserve les muscles. Parallèlement, une attention particulière a été accordée à la prise en main. Les manches en métal et en plastique offrent une prise en main optimale grâce à leur structure. Grâce à leur légèreté, les manches en plastique EagleLite® offrent une maniabilité inégalée et favorisent ainsi un travail particulièrement doux pour le patient.

Un réaffûtage correct joue également un rôle majeur dans l’ergonomie. Une géométrie incorrecte et des bords incisifs insuffisants entraînent beaucoup plus d’efforts pour le praticien. La technologie XP® d’American Eagle avec ses instruments sans affûtage vous offre la solution. Ainsi, les arrondis des lames de curettes restent corrects pendant toute leur durée de vie et ne sont pas affûtés en détartreurs. Le défaut typique des mauvais bords de coupe dans l’instrument est également exclu.